Article d’Emeline Vimeux. Musée de la résistance et de la déportation de Besançon.

Le 26 septembre 2013 aura lieu la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’exécution de 16 résistants, fusillés à la Citadelle.Ce travail, dans une approche  pluridisciplinaire (lettre/histoire), a pour but de vous permettre de contextualiser ce témoignage pour en dépasser la charge émotionnelle.

Le 26 septembre 2013 aura lieu la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’exécution de 16 résistants, fusillés à la Citadelle.

Un comité de pilotage a mis en place les évènements qui jalonneront cette commémoration.  Le service éducatif du musée de la résistance et de la déportation y a activement participé en la personne de Cécile Vast qui proposera courant octobre, un dossier très documenté sur les fusillés de la Citadelle :{ « Je vais être fusillé ce matin… », La Citadelle de Besançon sous l’Occupation : lieu et symbole de la répression de la Résistance en Franche-Comté (1941-1944).}

Dans l’attente et en complément de cette publication, je vous propose une étude de la dernière lettre d’Henri Fertet, fusillé à 16 ans, le 26 septembre 1943 à la Citadelle et  membre du groupe Guy Mocquet.

Ce travail, dans une approche  pluridisciplinaire (lettre/histoire), a pour but de vous permettre de contextualiser ce témoignage pour en dépasser la charge émotionnelle.

 

Proposition de questionnaire : doc_Proposition_de_questionnaire_sur_la_derniere_lettre_d

corrigé : doc_H.Fertet_corrige

jpg_fertet_portrait_300

jpg_Lettre_Fertet_300